Ensemble on est plus forts

SETCa Liège > News > ArcelorMittal : Les travailleurs wallons valent-ils moins que les travailleurs flamands ?

Suite à l'annonce conjointe de la fermeture de Ford Genk et du TLB de Chertal, le SETCa-Liège a réagi par voie de presse. Vous pouvez lire notre communiqué ci-dessous ou le télécharger en format PDF.

 

ArcelorMittal :

Les travailleurs wallons valent-ils moins que les travailleurs flamands ?

 

Liège, le 25 octobre 2012

 

Ce jeudi 25 octobre 2012 au matin les travailleurs liégeois ont dû encaisser une énième mauvaise nouvelle avec la fermeture du TLB de Chertal. Plus de 200 emplois sont concernés qui s’ajoutent à ceux déjà condamnés par la fermeture de la phase à chaud. À la veille d’une rencontre tripartite impliquant le gouvernement wallon, le SETCa s’interroge sur la volonté politique d’assurer un avenir aux travailleurs liégeois.

 

« D’autres avant nous ont déjà relevé, y compris au sein de son propre parti, la différence d’attitude du premier ministre entre le dossier de Ford Genk et celui de la sidérurgie liégeoise» constate Égidio Di Panfilo, secrétaire général SETCa-Liège. Qui précise « Les travailleurs d’ArcelorMittal, et plus largement l’ensemble de nos affiliés, se posent des questions sur le rôle des hommes et des femmes politiques par rapport au poids de la finance internationale et des grands groupes capitalistes. Au-delà des cas particuliers je me dois de répéter que c’est l’avenir de notre démocratie qui est en jeu ».

 

Le SETCa constate en effet un fossé grandissant entre le politique et les travailleurs devant l’absence de signal fort des différents gouvernements pour garantir l’emploi dans nos régions, et donc un avenir pour les travailleurs et leur famille.

 

« Notre démarche n’est pas communautariste. Au contraire, pour nous les travailleurs de Genk doivent être soutenus par les travailleurs liégeois. Le capitalisme n’a pas de frontières. Mieux, il a adapté les règles du commerce international et des différents états pour abolir les quelques barrières qui existaient à la libre circulation des capitaux et des marchandises.» développe Égidio Di Panfilo, qui poursuit : « Nous attendons, entre deux élections, du gouvernement wallon qu’il se mouille clairement dans le dossier ArcelorMittal et arrête le chantage constant d’une direction locale qui n’est qu’un simple exécutant de décisions qu’elle ne maîtrise pas. Demain, les syndicats redéposent leurs alternatives bien plus crédibles que le discours creux et idéologique de la direction. Le gouvernement wallon se décidera-t-il un jour à en tenir compte ? Et à mobiliser, comme le fait le gouvernement flamand, le gouvernement fédéral ? ». 

                                             

Et le SETCa-Liège de rappeler que depuis plus d’un an il plaide pour une solution impliquant les pouvoirs publics dans une formule de type « Nationalisation » ou « portage public par la région »

 

Contacts :      

Julien Dohet, conseiller en charge de la communication SETCa-Liège : 0478/57.28.96

Égidio Di Panfilo, secrétaire général SETCa-Liège : 0474/87.00.19