Ensemble on est plus forts

SETCa Liège > News > Attention à l'emploi chez WBCC

Télécharger le communiqué

 

Les emplois du call-center WBCC ne peuvent pas être des victimes collatérales des dérives chez Publifin !

 

Depuis plusieurs semaines maintenant les médias parlent sans relâche de Publifin et de Nethys et de la structure complexe mise progressivement en place à partir d’une structure intercommunale. Parmi les nombreuses filiales, on a notamment cité l’existence d’un Call-Center du nom de WBCC (Wallonie Bruxelles Contact Center) qui emploie près de 450 personnes sur ses deux lieux d’implantation : Seraing et Herstal.

 « Les membres du personnel sont de plus en plus inquiets concernant leur avenir  » explique Nathalie Mathieu, déléguée SETCa. Qui témoigne : « tout le monde suit les développements dans les médias, principalement depuis que l’on y a parlé d’un démantèlement du groupe et du rachat de certaines filiales, dont la nôtre. C’est réellement difficile à vivre au quotidien, surtout dans un secteur déjà fortement sous tension où les emplois à Liège ne sont maintenus que grâce à un effort permanent dans la formation mais aussi, soyons clairs, dans la productivité ».

Cette question d’une possible vente est d’autant plus sensible que des menaces de délocalisation ont déjà pesé, menaces qui ont jusqu’à présent toujours été écartées chez WBCC. Ce qui n’a malheureusement pas été le cas pour d’autres call-center de la région liégeoise.

Patrick Masson, Secrétaire Permanent précise : « Les relations sociales au sein de WBCC ne sont pas toujours de tout repos. Le secteur des call-center est un secteur particulièrement soumis à la concurrence et aux menaces de délocalisation ou de dumping social. À l’heure où trouver un travail stable est problématique, une société comme WBCC qui engage des personnes sans exiger de qualifications précises et consacre des moyens à leur formation se doit d’être maintenue dans notre région. Il est important dans le contexte actuel d’insister sur tous ces emplois qui ne doivent pas être sacrifiés pour payer les errements d’un top management  ».

 

Le SETCa plaide surtout pour le maintien de près de 450 emplois en région liégeoise.