Ensemble on est plus forts

SETCa Liège > News > Auto 5 Flémalle : Les travailleurs protestent contre le licenciement de leur manager

Vous retrouverez ci-dessous le communiqué de presse du SETCa-Liège. Vous pouvez également le télécharger 

Les médias ont repris ce communiqué. Voir la revue de presse ici

 

Auto 5 Flémalle : Les travailleurs protestent contre le licenciement de leur manager

 

Ce jeudi 9 juillet 2015, la station Auto 5 de Flémalle a été fermée dans le courant de l’après-midi par une grève spontanée du personnel. Un mouvement qui devrait au moins se prolonger ce vendredi 10 juillet. Cette grève intervient tout juste un an après un mouvement de grogne similaire au sein de cette enseigne d’équipement automobile dépendant du groupe français Norauto. Celui-ci est loin d’être une petite structure puisqu’il appartient à la Multinationale française, on devrait dire l’empire, Mulliez, la famille la plus riche de France qui possède de multiples enseignes dans de très nombreux secteurs économiques (Midas, Auchan, Décathlon, Kiabi, Leroy-Merlin…)

« Les travailleurs sont sous le choc de ce nouveau comportement antisocial d’un actionnaire qui ne manque pourtant pas d’argent» indique Henri Malservisi, délégué SETCa. « Ils ont donc débrayé directement pour soutenir leur manager et montrer leur détermination. Cet arrêt de travail, qui pourrait s’étendre à d’autres centres, doit être vu comme un avertissement concernant les négociations en cours et futures ».

« Nous rencontrions à Bruxelles le nouveau directeur général pour la Belgique quand, dans le cours de la discussion sur les restructurations envisagées au niveau de l’encadrement le licenciement du Manager de Flémalle a été signifié. » commente Patrick Masson, Secrétaire Permanent du SETCa-Liège qui poursuit « nous avons donc mis immédiatement fin à la discussion et informé le personnel qui a décidé de débrayer. Cette décision de la direction n’augure clairement rien de bon quant à l’avenir de la concertation sociale au sein de cette entreprise, surtout lorsque l’on connait le comportement de son actionnariat dans d’autres enseignes de cet empire familial »

 

Le SETCa-Liège dénonce cet énième preuve de la violence du capitalisme, même quand il est personnifiable. Il espère que les négociations prévues en août se feront dans un autre climat.