Ensemble on est plus forts

SETCa Liège > News > Froid de Liège : aux politiques de jouer

Le SETCa-Liège a publié le jeudi 11 octobre 2012 un communiqué sur l'avenir de la phase à froid d'ArcelorMittal Liège. Vous pouvez lire celui-ci ci-dessous ou le télécharger en format PDF 

Froid de Liège : aux politiques de jouer

Liège, le 11 octobre 2012 .

 

Diverses informations parues ces derniers jours confirment les inquiétudes concernant l’avenir de la sidérurgie liégeoise. Outre la phase à chaud, c’est la phase à froid qui pourrait très vite être en grand danger. Si la logique d’ArcelorMittal est limpide, celle du gouvernement wallon est plus floue.

 

Le 25 septembre 2012 nous prenions un coup de massue avec le refus du gouvernement wallon de s’impliquer dans le plan alternatif que les syndicats avaient déposé en front commun. Chacun depuis s’est exprimé selon ses sensibilités et son analyse sur les raisons et les conséquences de ce choix.

 

Moins d’un mois plus tard, nous nous devons d’interpeller le politique publiquement une nouvelle fois. Lorsqu’il a acté la mort de la sidérurgie à chaud, le gouvernement wallon a déclaré qu’il était «prêt à s’engager dans le plan industriel pour pérenniser la sidérurgie liégeoise ». On dit souvent que les paroles s’envolent mais que les écrits restent. Dans ce cas-ci les écrits doivent surtout se concrétiser. « Nous avons un peu l’impression que le politique, plus encore que la direction, cherche à nous balader le plus longtemps possible » déclare Égidio Di Panfilo, secrétaire général du SETCa-Liège. Et celui-ci de préciser sa pensée : « Sauf un sursaut réel du politique face au capital, le gouvernement wallon nous refera dans quelques mois ou quelques semaines son aveu d’impuissance. Au point qu’à la veille des élections communales de nombreux militants nous demandent à quoi servent les politiques. » Au-delà de la sidérurgie liégeoise, il s’agit donc aussi de l’avenir de la démocratie.

 

Ce jeudi, les ministres européens de l’industrie débattent de la politique industrielle de l’Europe. « Nous avons dit à la veille de cette réunion qu’il fallait absolument redonner des marges de manœuvre aux politiques, notamment via des mesures protectionnistes. Dans le cas contraire, nos enfants vivront dans un désert industriel et social » explique Égidio Di Panfilo. Qui se réjouit que « Le ministre Marcourt est sensible à nos arguments et décidé à défendre cette piste. Il est fondamental que l’Europe n’abandonne pas des activités structurantes qui bien que très anciennes sont en même temps très modernes et porteuses d’avenir notamment grâce à l’innovation présente dans des centres de recherches comme celui qui occupe plus de 230 personnes à Liège ».

 

Des signes positifs se dessinent donc et il faut un plan d’avenir ambitieux pour le froid de Liège : on y travaille intensément. Reste la volonté politique de reprendre le contrôle de l’économie pour la remettre aux services des Hommes et non l’inverse. Et pour les travailleurs liégeois et leur famille, le temps presse.

 

Contacts :      

Julien Dohet, conseiller en charge de la communication SETCa-Liège : 0478/572.896

            Égidio Di Panfilo, secrétaire général SETCa-Liège : 0474/870.019