Ensemble on est plus forts

SETCa Liège > News > Nous ne serons pas complice

Suite au comité plénier tenu le 2 juillet matin, SETCa et MWB ont publié le communiqué que vous pouvez lire ci-dessous.

Vous pouvez également le télécharger en PDF

Nous ne serons pas complice de la mise à mort de la sidérurgie liégeoise programmée par la direction !

Liège, le 2 juillet 2013 .

Le comité plénier des délégués ouvriers et employés de la FGTB d’ArcelorMittal a analysé en profondeur les douze points résultants des négociations qui se sont tenues la semaine dernière. De manière unanime, les délégués MWB et SETCa refusent de céder au chantage de la direction du groupe ArcelorMittal.

« We love steel, Mittal loves money ». Un an après, ce slogan que nous avions utilisé il y a un an lors d’une action à l’occasion du départ du tour de France est toujours d’actualité. Le plan en 12 points sur la table n’apporte rien de vraiment nouveau et ne répond en tout cas clairement pas aux attentes des travailleurs qui après des mois de lutte se retrouvent face à une proposition dont les impacts sont plus négatifs que ce qui étaient sur la table le 24 janvier.

« Malgré la propagande de la direction, il faut dire clairement que le plan que l’on nous demande de signer n’est porteur d’aucun avenir pour la sidérurgie liégeoise. La seule garantie que nous avons avec un tel plan est de nous rendre complice d’une mise à mort à petit feu » déclare sans détour José Verdin, expert sidérurgie pour la MWB, qui précise « En l’état ce plan ne contient pas de cohérence industrielle, économique et financière et n’assure pas une capacité d’approvisionnement des lignes suffisante pour assurer un avenir viable à la sidérurgie liégeoise, même à court terme, et maintenir un volume suffisant d’emplois. Les réponses aux questions que nous avons posées lors des deux réunions de la semaine passée ne sont pas de nature à nous rassurer».

Le comité plénier tient notamment à citer en exemple la « mise sous cocon sans coût » et le faible taux de charges en galvanisation qui condamnent de fait ces lignes à brève échéance. Il ne peut admettre le caractère discriminatoire de l’affectation des carnets de commande.

Et Égidio Di Panfilo, secrétaire général du SETCa-Liège, d’être très clair : « Il n’est pas pour nous envisageable de signer un chèque en blanc à une direction qui nous a déjà démontré qu’elle ne tenait pas forcément ses promesses. Nous refusons donc de nous enfermer dans un schéma de négociation où aucune marge ne semble possible. Par contre nous sommes disponibles pour continuer à discuter d’un réel plan industriel plus ambitieux, incluant la recherche et la reconversion, pour lequel nous formulerons de nouveau un ensemble de propositions concrètes sous quinzaine. » et de conclure : «Nous sommes par ailleurs prêt à nous mettre à table pour également discuter d’un plan social qui, malgré nos mobilisations, est devenu inévitable. Mais il n’y aura d’accord sur rien tant qu’il n’y aura pas d’accord sur tout. Plan industriel et plan social sont donc intimement liés». En cas d’échec de cette énième négociation, SETCa et MWB affirment dès à présent que ce sera à ArcelorMittal de payer le prix fort pour assumer le coût, non seulement social pour les 2100 travailleurs concernés, mais aussi d’assainissement des sites.

 

Contacts :       

Julien Dohet, Secrétaire chargé de la communication SETCa-Liège : 0478/57.28.96

Égidio Di Panfilo, secrétaire général SETCa-Liège : 0474.87.00.19

José Verdin, expert sidérurgie pour la MWB : 0475.49.48.73