Ensemble on est plus forts

SETCa Liège > News > Soins de santé : échec des négociations

Secteur des soins de santé : échec des négociations sur l'harmonisation des barèmes aide-soignants

L'ultime négociation relative à l'harmonisation barémique des aide-soignants à hauteur de l'échelle 1/35 a honteusement échoué en commission paritaire des soins de santé fédéraux (CP 330) ce lundi 14 octobre. Les employeurs snobent là 14,2 millions de financement supplémentaire.

Toutes les conditions étaient pourtant réunies pour aboutir à un accord :
- La ministre Onkelinx venait d'obtenir du Gouvernement un financement supplémentaire de plus de 14,2 millions pour cette mesure visant à supprimer les discriminations salariales entre les aides-soignants.
- Le Conseil Général de l'INAMI, réuni lui aussi ce lundi, devait de son côté acter l'arrivée de ce financement et en entériner l'affectation.
- Les organisations syndicales ont accepté diverses concessions majeures afin d'aboutir la conclusion de cette convention collective tant attendue.
- Toutes les fédérations reconnaissent que ces moyens obtenus sont inespérés et suffisants pour couvrir la mesure d'harmonisation barémique. Elles se disent d'ailleurs toutes prêtes à signer ... à l'exception de SANTHEA, dont la position reste aussi incompréhensible que révoltante.
12 heures de négociation n'auront pas suffi pour obtenir cet accord de raison auprès des fédérations patronales, car celles-ci veulent une unanimité sur le banc patronal !
Il est scandaleux de snober le geste de la ministre et du Gouvernement de 14,2 millions en cette période d'austérité budgétaire, alors que les employeurs eux-mêmes se plaignent du manque de financement !
Pour le SETCa, qui avait pourtant suspendu l'activation des actions de grève afin de favoriser la conclusion d'un accord, la paix sociale est clairement rompue. L'organisation syndicale estime donc pouvoir disposer de sa pleine liberté d'action.
Le SETCa constate qu'une fois encore que ce sont des travailleurs à faible revenu qui sont pénalisés par l'irresponsabilité patronale et de SANTHEA en particulier.
Il va de soi qu'afin de ne pas gaspiller l'argent public, le SETCa demande par ailleurs à la Ministre de ne pas libérer les moyens supplémentaires en l'absence d'un accord collectif.